Récit LEADVILLE100 Ultra-Trail 2022

A HIGHER LOVE - "FAITES DE LA DOULEUR UN AMI »

Ken Chlouber, co-fondateur de la Leadville 100 Trail Race dit : “Faites de la douleur un ami et vous ne courrez jamais seul.” Ok, Ken. Pas de problème. Enfin, au moins. Je n’ai pas eu à acheter un billet d’avion à Mme Douleur. De toute façon, ses bagages se seraient probablement perdus à Paris…

Comme la plupart d’entre vous le savent déjà, j’ai participé le week-end dernier à la Leadville 100 miles(160km) Trail Run, “La course à travers le ciel”. Depuis son lancement en 1983, la course Leadville 100 Trail est l’une des plus célèbres courses de trail américaines de 100 miles. Les coureurs courent, marchent, rampent à travers les Montagnes Rocheuses du Colorado à des altitudes allant de 2 800 mètres (9 200 pieds) jusqu’au point culminant de Hope Pass à 3 800 mètres (12 508 pieds). L’élévation et l’altitude extrêmes rendent la respiration difficile et s’ajoutent de manière exponentielle à la fatigue que ressentent les athlètes au fur et à mesure qu’ils avancent sur le parcours.

Voici quelques statistiques de 2022 :  Plus de 700 coureurs ont franchi la ligne de départ à 4 heures du matin le samedi. Parmi ces âmes courageuses, 366 ont terminé la course. De nombreux trailers ont travaillé dur pour augmenter la représentation des femmes dans ce sport. 120 femmes étaient présentes à Harrison & 6th St à 4 heures du matin samedi. Bien qu’il s’agisse d’une bonne nouvelle, il est encore nécessaire de plaider pour une représentation plus équitable dans ce sport.  68 femmes ont terminé la course en moins de 30 heures. Dans mon groupe d’âge (51-59 ans), 21 femmes courageuses se sont inscrites. 5 ont terminé dans le délai de 30 heures.

 

Pourquoi faisons-nous ami-ami avec la douleur ? Pourquoi prenons-nous part à ce “spectacle de merde brillamment stupide” qu’est l’ultra-trail, alors que la plupart d’entre nous souffrent chaque jour ?

L’année dernière, j’ai connu un changement de cap, sur le plan professionnel, qui m’a incité à me poser des questions difficiles : Pourquoi échouons-nous ? Qu’avons-nous appris ?  Il n’est jamais facile ou confortable d’échouer, mais parfois, c’est nécessaire. Ces expériences difficiles fournissent souvent des réponses à des questions que nous ne savions pas que nous devions nous poser. J’ai fini par comprendre que nous échouons lorsque nous cessons d’être curieux, lorsque nous ne nous permettons pas d’être vulnérables.

J’ai donc commencé par me demander ce que je dois faire pour m’adapter lorsque les choses ne se passent pas comme prévu. En ce qui concerne ma course à pied, j’ai travaillé dur au cours des huit derniers mois pour lire beaucoup et comprendre : Que dois-je manger et boire ? Réponse : BEAUCOUP (et j’ai de bonnes recettes de boulettes de riz aux œufs à la purée de patate douce/banane, que je suis heureuse de partager !) À quelle rythme dois-je m’entrainer ? A quelle vitesse dois-je courir ? Le travail mental que j’ai effectué a entraîné mon esprit à se concentrer, à être curieuse et à arrêter les bavardages intérieurs inutiles.

Trainning

Nutrition

Les conseils que j’ai lus sur la course en altitude suggèrent que les coureurs arrivent en altitude la veille de la course et courent avant que leur corps ne se rende compte de la mauvaise blague qui lui est faite, ou qu’ils arrivent en altitude au moins deux semaines à l’avance pour s’acclimater. Comme il nous faut plus de 30 heures de voyage pour arriver au Colorado depuis Mada, nous avons décidé d’arriver au Colorado environ deux semaines avant la course pour nous acclimater à l’altitude. Leadville est une petite ville, d’environ 2 000 habitants seulement, et elle s’étend gracieusement pour accueillir plus du double de sa population pendant la semaine de la course. La famille est restée à Keystone CO (altitude 2 960 mètres) pendant environ 10 jours, puis a passé 4 jours à Leadville avant la course.

Les jours précédant la course ont été ensoleillés et magnifiques, mais les prévisions météorologiques pour le week-end de la course étaient de plus en plus menaçantes, promettant des températures froides et de la pluie. Ce n’était pas bon. Heureusement, nous nous étions préparés à toutes sortes de conditions météorologiques, et je savais que mon équipement était fiable. J’étais surtout inquiete pour mes pieds, car je n’avais qu’une seule paire de chaussures. J’ai eu un mauvais karma avec des chaussures que j’ai commandées et reçues, mais qui ne m’allaient pas bien, et avec des chaussures que j’ai commandées mais pas reçues. C’est ainsi. Il vaut toujours mieux courir avec de vieilles chaussures que l’on connaît plutot que de tester de nouvelles chaussures trop près du jour de la course.

SAMEDI, 20 AOÛT – Nous nous sommes tous réveillés à 2 heures du matin pour nous préparer au départ à 4 heures. J’étais soulagé que le temps soit plus chaud que prévu : 7 degrés C (44F) au lieu de 4 degrés C (39F), et il ne pleuvait pas. Déjà une petite victoire. Des flocons d’avoine et du café à 2 heures du matin. Un bagel et une banane à 3h30 et direction la ligne de départ au coin de la 6ème et de Harrison. Je suis toujours un peu surpris de voir à quel point le départ des courses aux États-Unis est décontracté. À 3h45, les lumières s’allumaient à peine et les gens commençaient tout juste à s’aligner de manière décontractée derrière la ligne de départ.

En Europe et ailleurs, il y a beaucoup plus de battage, de musique, de lumières, et les coureurs essaient de s’aligner le plus près possible du point de départ au moins 30 minutes à l’avance. Je n’ai pas eu de problème avec le départ décontracté. Cela permettait de ne pas trop s’énerver. J’ai attendu avec Eric, Alan et Lois en prenant des photos et en riant jusqu’à ce que l’annonceur crie “15 secondes avant le départ”. Le compte à rebours a commencé, un coup de feu a été tiré, et nous avons tous trotté dans l’obscurité, les lumières de nos lampes frontales rebondissant sur la colline de la 6e rue en direction du poste Mayqueen à Turquoise Lake.

Nous sommes restés un peu sur la route goudronnée avant de nous engager sur un large chemin de terre. J’ai trotté tout seule derrière, à côté et devant de petits groupes de coureurs qui discutaient et riaient. J’étais heureuse d’être seul dans ma bulle, appréciant le rythme facile, l’air frais sur mon visage. Mes jambes bougeaient facilement. Je flottais dans le flot des lampes frontales, comme un reflet inversé des milliers d’étoiles qui, je le savais, coulaient derrière les nuages qui couvraient le ciel, nous donnant ces quelques degrés supplémentaires en ce matin. J’étais heureuse sur cette douce pente descendante, jusqu’à ce que… le grondement de mon bas-ventre commence à attirer mon attention. Oh non ! Diarrhée. Je me suis arrêté sur la route pour la première fois ce matin-là. Pas trop inquiete, j’ai rejoint le groupe avant de m’engager sur le sentier qui nous mènerait autour du lac Turquoise. Je trottinais facilement derrière un homme longiligne et barbu nommé Alfred, qui m’indiquait courtoisement chaque rocher, ruisseau et branche basse sur le chemin devant moi. Avant que je ne m’en rende compte, le soleil se levait et nous sommes sortis des arbres pour rejoindre la route du camping Mayqueen. J’étais heureuse d’y voir Eric, qui m’a conduit en courant jusqu’à Lois et Alan, qui m’attendaient pour changer mes bouteilles d’eau et remplacer les gels, les gaufres Honey Stinger et ajouter quelques petites pommes de terre bouillies qui me permettraient de parcourir les 18 prochains kilomètres jusqu’à Outward Bound.

Je me sens bien. Encouragé par le lever du soleil et la vue de “l’équipe”, j’ai pris la route forestière en direction de Outward Bound. En haut. Wow, ça a changé l’équation. J’ai senti le changement dans l’effort presque immédiatement. Ma respiration était beaucoup plus forte et rapide que dans la première section. J’ai été un peu surprise parce que nos courses d’entraînement étaient devenues plus faciles au cours des derniers jours, et je n’avais pas eu de problème de respiration depuis un certain temps… et puis, ce grondement dans mes intestins est revenu. Je me suis arrêté sur la route pour la deuxième fois ce matin-là et j’ai décidé d’y aller encore plus doucement.

Un peu inquiete, mais je m’étais préparé à prendre chaque défi comme il venait et à le gérer. Au sommet de la montée, je me sentais bien et j’ai décidé d’accélérer le rythme dans la descente. C’était une large route forestière, coupée par des crevasses causées par le ruissellement de l’eau et avec quelques roches roulantes, mais assez facile à naviguer. Je pouvais voir que beaucoup de gens y allaient doucement dans la descente, en faisant attention de ne pas trop solliciter leurs quadriceps. Mais ça faisait du bien d’accélérer le rythme, et, je veux dire, avez-vous vu mes cuisses ? Si vous ne l’avez pas vu, tout ce que je peux vous dire, c’est qu’elles n’ont pas besoin d’être dorlotées.

Encore une fois, je suis très heureux d’avoir rencontré Eric sur la route et d’être entré ensemble dans Outward Bound. Heureuse de mettre ces deux longues sections derrière moi (23,5 miles en tout). Lois et Alan ont vite fait de changer les bouteilles d’eau, les gels, etc. J’ai mis les écouteurs pour m’aider à rester concentré sur cette section relativement plate, et je suis parti pour Pipeline. Je n’avais plus que 8 km à parcourir avant de les revoir !  Une belle section relativement plate, à travers un énorme champ, sur la Hwy 300 avant de couper àdroite sur un chemin de terre. Après une petite montée, je me suis dirigé vers un chemin de terre pour près de 8 miles de course en descente et quelques arrêts supplémentaires à cause de mes problèmes de ventre.

Malgré cela, je devais avoir une bonne playlist, car cette section semblait passer à toute vitesse. J’espérais que mes quadriceps ne le paieraient pas plus tard ! Eric m’a retrouvé sur la route et m’a aidé à trouver notre équipe à Pipe line. Twin Lakes ! Quelle fête ! Il y avait des gens partout, avec tous les types d’installation que vous pouvez imaginer : tentes, chaises de camping, BBQ, glacières, chiens et des gens partout. Des gens avec des cloches et des sifflets, qui encouragent chaque coureur très bruyamment. Je ne peux même pas vous dire à quoi ressemblait le PC ou la ville, tellement il y avait de monde. C’est fou et touchant.

Dans MON camp toute l’équipe était là : Eric, Alan et Lois, mais aussi ma sœur, Teri, mon beau-frère, Reg, et mon frère, Scott, qui avaient monté le camp à 5 heures du matin ! Ils avaient une super organisation avec une tente cuisine, une tente vestiaire et une tente “lounge zen”. Mais ils n’étaient pas prêts à me laisser me détendre trop longtemps. J’ai pris une soupe instantanee, une banane et de l’eau. Pendant qu’Eric me massait les jambes, Lois et Alan ont rempli mes bouteilles d’eau et remplacé les aliments dans mon sac. Après des baisers et des embrassades rapides, Eric m’a fait quitter la ville pour affronter Hope Pass. J’étais tellement excité de relever enfin ce défi pour de bon que j’ai failli vomir. Vraiment, ou peut-être était-ce parce que je courais trop vite après avoir mangé ! Il y a eu quelques traversées d’eau à hauteur de mollets (glagla !) avant que la montée avec presque 4 000 pieds D+ (plus de 1 000 m de D+) de Hope Pass ne commence.

L’ascension de Hope Pass s’est bien passée. Je me suis simplement mis dans la tête de garder un rythme régulier et de continuer à avancer. Les bâtons ont fait Tak-tak-tak et les jambes gardaient le rythme. J’ai dû dépasser au moins 20 coureurs dans cette montée. Je ne sais pas s’ils étaient fatigués ou s’ils se la coulaient douce. Peut-être savaient-ils quelque chose que je ne savais pas, mais j’ai gardé mon rythme régulier, respirant relativement facilement jusqu’au PC de Hope Pass (affectueusement surnommé PC “Hopeless”). À une centaine de mètres de Hopeless, il a commencé à faire vraiment froid et une pluie glaciale s’est mis à tomber. Je me suis arrêté pour enfiler mon imperméable et prendre mon courage à deux mains. Tous les autres ont fait de même, en se lançant des regards complices et des mots d’encouragement : “C’est parti !” “Tu peux le faire !” “C’est pour ça qu’on a signé !”. Et nous avons puise au fond de nous comme le slogan de la course ; ‘dig deep. » 📷 Leadville100

📷 Peter Maksimow .Une fois arrivés au PC, un bénévole nous a crié : “Dépêchez-vous et faites-moi un câlin, parce qu’il va neiger !”. Je n’ai pas vu de neige, mais je l’ai serré dans mes bras, ne serait-ce que pour profiter de la chaleur de son corps. L’endroit était couvert de nuages et glacé. J’ai regardé à gauche et à droite pour voir les visages zen d’un couple de lamas, mâchant et me fixant avec une totale indifférence. Une rapide gorgée de soupe et un remplissage d’eau, et je suis parti vers le sommet du col, qui se profilait verticalement devant moi. J’ai commencé à grimper péniblement sur le sentier de pierres roulantes. Je confirme “péniblement”. Avec l’altitude, j’avais l’impression d’avancer au ralenti. Et sur le sentier etroit, tout le monde se retrouvait dans le même rythme, comme un long et lent mille-pattes, déterminé à atteindre le sommet grâce aux petits pas rythmés.

Quelqu’un a crié “Un coureur arrive !” et le mille-pattes s’est déplacé de façon précaire sur le côté du sentier. J’ai enfoncé mes orteils dans le gravier pour éviter de tomber du côté du vide, tandis que le coureur de tête, Adrian Macdonald, descendait la montagne comme une gazelle avec un puma à ses trousses. Aussi impressionnant que cela puisse être, le mille-pattes a rapidement repris sa lente ascension, et je suis sûr que nos visages étaient aussi impassibles que les lamas que nous avions laissés au PC Hopeless. Une fois le col franchi, la descente était raide. Encore une fois, je m’attendais à ce que tout le monde décolle dans la descente, même si c’était juste pour évacuer un peu de la frustration de la lente montée. Peut-être que mes attentes ont été façonnées par mon expérience de la Diagonale des Fous à l’île de la Reunion, où la plupart des coureurs partent comme des balles dans la descente et où tout le monde se prend pour des gazelles. Mais j’avais l’impression d’être la seule à descendre la montagne en courant. C’est étrange pour quelqu’un comme moi, qui se considère aussi gracieuse que Shrek et qui a l’habitude de se faire dépasser par tout le monde dans les descentes. Mais si personne d’autre ne voulait le faire, ça me convenait et c’était bon pour ma confiance ! J’ai donc grimpé sur le terrain rocheux, trotté le long du chemin de terre sinueux, le partageant de temps en temps avec ces coureurs exceptionnels qui avaient déjà fait demi-tour et se dirigeaient vers Twin Lakes. 📷 Leadville100

Au PC de Winfield, un grand terrain ouvert avec plusieurs tentes : nourriture et eau, médicale, sacs de rechange, j’ai mangé une soupe avec des nouilles. Ensuite, je suis allé à la tente médicale pour voir s’ils pouvaient strapper mon genou, qui était maintenant douloureux à cause de toute cette descente. J’ai attrapé mon sac pour me changer et prendre la lampe dont j’aurais besoin s’il faisait nuit avant de retourner à Twin Lakes. La pluie s’est arrêtée dès que nous avons franchi le col de Hope Pass, et il y avait même un peu de soleil à Winfield, mais j’étais toujours enfermé dans ma veste de pluie. Courir sur de longues distances fait des choses bizarres à votre thermostat interne, et j’étais au chaud et confortable dans mes habits « odorants » , alors j’ai décidé de simplement prendre ma lampe frontale, de remplacer mes gels et mes électrolytes et de ne pas changer de vêtements. Je ne me suis pas soucié du fait que j’étais un cochon puant. Je ne pensais pas avoir passé trop de temps à Winfield, mais quand je regarde les résultats de la course, je vois que tant d’autres coureurs sont entrés et sortis beaucoup plus vite que moi. Qu’il en soit ainsi. 📷

trying-to-breath-at-10000-leadville.html

Je suis parti pour m’attaquer au Hope Pass Inbound. Il m’a fallu une éternité pour gravir les 6 ou 7 miles depuis Winfield. J’avais l’impression de bien avancer, mais je me sentais à court de calories. J’ai croisé d’autres coureurs qui ont commencé à s’arrêter et à s’asseoir sur des rochers, sur le sol, mais je ne faisais que marcher. Chaque fois que je pensais voir la crête du Hope Pass, il y avait un autre zig zag juste après. Et puis, lorsque nous avons finalement dû remonter le dernier morceau de piste simple avec des cailloux roulantsjusqu’au sommet, cela m’a demandé un effort énorme ! Finalement, j’ai réussi à atteindre le sommet et basculer. Une soupe rapide, un peu d’eau, et je me suis lancé dans la descente, toujours avec l’espoir (à Hopeless) d’arriver à Twin Lakes avant la nuit. Le regard indifférent des lamas, à mon départ, aurait dû être un signe des choses à venir.

Je me déplaçais plus prudemment dans la descente avec mon genou droit douloureux, mais je continuais à un rythme de jogging. Aux deux tiers de la descente, j’ai été heureuse et surprise de voir Alan sur le bord du sentier. “Salut Andrea ! Je t’ai apporté une lampe frontale. Nous avions peur que tu n’en ais pas et que tu ais des problèmes pour revenir à Twin Lakes dans l’obscurité !” J’ai répondu : “J’ai une lampe. Mais tu as fait tout ce chemin pour moi ? Tu as traversé la rivière ?” J’étais tellement touché.  Il faut comprendre qu’Alan est un grand gaillard, pas un coureur. Et il aime ses baskets stylées encore plus que sonCold Brew cafe. “C’était vachement dur”, a-t-il dit à bout de souffle, alors que nous descendions ensemble la pente. J’ai rigolé.

La nuit est tombée avant que je n’arrive à Twin Lakes et j’ai partagé ma lampe frontale avec une autre coureuse, Bonnie, qui avait aussi été trop optimiste quant à l’arrivée à Twin Lakes avant la nuit. Nous étions encore à quelques heures de la barriere horaire. J’étais un peu déçu de ne pas arriver dans la journée, mais nous avons parlé de notre confiance dans notre capacité à retourner à Leadville dans les temps, même si nous devions marcher le reste du chemin. Nous avons dit que nous serions heureux de voir nos équipes et de récupérer nos pacers à Twin Lakes. Nous nous sommes embrassés en nous séparant et sommes partis vers nos équipes respectives.

Je savais que j’avais encore du jus pour les kilomètres restants, même si mon énergie et mon enthousiasme étaient un peu faibles à l’entrée de Twin Lakes. J’ai tourné en rond, une fois au PC, car l’endroit grouillait d’encore plus de monde, si c’est encore possible, et je ne reconnaissais pas l’endroit la nuit. Je n’avais aucune idée de l’endroit où se trouvait notre tente. Heureusement, Eric m’a vu et m’a ramené à la tente. Mais en m’arrêtant juste pour ces quelques minutes, j’ai commencé à avoir vraiment, vraiment froid. Je n’étais plus le cochon dans une couverture, mais plutôt une saucisse congelée enveloppée dans un emballage plastique humide !

 

Mon équipe m’a aidé à entrer dans la tente, où je me suis changé, j’ai mis un collant sec, un manche long, des chaussettes, ma veste chaude et mon bonnet. J’ai pensé à la façon dont les autres coureurs avaient l’air durs à cuire, toujours en short et en t-shirt, mais je ne pouvais pas le faire. Je devais juste accepter de ressembler à une frêle mamie dans mon bonnet de laine. Au diable le fait d’avoir l’air cool.

Avec un peu de soupe chaude, du riz et un café dans le ventre, un peu de nourriture mise dans mon sac par mon équipe infatigable, des baisers partout, Eric et moi sommes partis pour attaquer la route en montée vers Half Pipe. Il n’y avait aucun doute dans mon esprit que je ne finirais pas la course, et j’étais encore plus confiant avec lui à mes côtés maintenant !

 

En sortant de Twin Lakes, j’avais besoin d’un peu de temps pour digérer et me réchauffer. Je m’essoufflais facilement lorsque nous essayions d’accélérer le rythme, alors nous avons décidé de marcher. S’attaquer à la montée de près de 3 miles avant la descente à Half Pipe était une tâche ardue. De plus, ma diarhée était revenue. J’ai dû quitter le sentier au moins 3 fois avant d’arriver à Half Pipe. Heureusement, Eric avait appelé Alan et Lois à l’avance et ils avaient préparé quelques Immodium pour moi. Je me sentais un peu épuisé et déshydraté, mais voir Alan et Lois et entendre leurs encouragements m’a donné un coup de fouet. Je me sentais aussi mieux en sachant que l’Immodium arrêterait la diarrhée, et je pouvais me concentrer pour aller de l’avant.

Après Pipeline, nous avons pu accélérer le rythme, et même si nous marchions, nous avons avancé rapidement  et doublé régulièrement des coureurs devant nous, jusqu’à Outward Bound, puis de Outward Bound. A Mayqueen, les pauvres Lois et Alan étaient si fatigués qu’ils n’ont pas entendu leur réveil et n’ont pas pu nous intercepter au PC.

Heureusement, Eric avait les piles de rechange pour sa lampe frontale dans son sac, et après une soupe rapide, nous avons quitté Mayqueen en direction de la ligne d’arrivée. Je me sentais relativement plus fortemaintenant que la diarrhée avait cessé, certainement encore capable de marcher rapidement et confiant que j’allais finir. Mais un autre effet de la haute altitude a commencé à se faire sentir : un besoin accru et soudaind’uriner. C’est fou, mais j’ai commencé à avoir de très fortes envies d’uriner, si forte que j’avais le choix entre quitter le sentier immédiatement ou faire pipi dans mon pantalon ! Et avec toute l’eau et les électrolytes que j’avais consommés au cours des dernières 24 heures (au moins 12 litres) et avec le froid intense la transpiration etait tres faible, j’avais des litres et des litres à évacuer. Ce était juste pas cool. Heureusement, j’avais perdu tout espoir de conserver une quelconque image de dignité. Ainsi soit-il. J’allais finir ce p!@#$%de truc.

Le tour du lac a pris un temps fou. Le joli lever de soleil sur le lac n’était qu’une petite compensation pour la frustration d’avoir failli faire le tour complet du lac encore une fois ! Et pour enfoncer le clou, les organisateurs ont eu l’idée sadique de faire monter les 3 derniers miles jusqu’à la ligne d’arrivée. Je me sentais bien en sortant de Mayqueen. Vraiment. Mais ces derniers kilomètres en montée m’ont vidé le reste d’énergie. J’ai ressenti la privation de sommeil, le manque de calories, la déshydratation.

Mais quand j’ai entamé la dernière ligne droite avant l’arrivée, il y avait Alan, Lois, Teri et Reg et tellement d’autres gens devant leurs maisons, le long de la rue, pour nous encourager : “Bravo !”. “Tu es superbe !”.  “Va chercher cette boucle de ceinture !” Merilee et Ken Chlouber attendaient sur la ligne d’arrivée aussi. Je savais que je devais rester concentré. Pour eux. Pour moi. Pour nous tous.

J’ai senti que je devais respecter l’énergie que toutes ces personnes extraordinaires avaient déployée pour nous aider à atteindre la ligne d’arrivée. Je devais le faire en courant. Eric a dit : “Tu es arrivé jusqu’ici, tu peux le faire. Tu peux courir ce dernier quart de mile !” Et dans ma tête, j’ai commencé à dire, “lève tes jambes. Lève tes jambes. Lève tes jambes”, jusqu’à ce que je franchisse la ligne.

Et à la ligne d’arrivée, Ken Chlouber, le cofondateur de la course, qui nous avait dit à tous, “vous êtes plus forts que vous ne le pensez !” juste 2 jours plus tôt, me regarde d’un air un peu inquiet et me dit, “Euh, repose-toi un peu.” Ok, Ken. Pas de problème.

Eric, Andrea, Alan, Lois

Ainsi que Teri, Reg, Scott, notre famille resté à Madagascar, Antho, Anais, James, Sandrine, Alexandre, Maxime et tout nos fervents supporters. Et tout ceux qui ont participé à l’appel de fonds pour Free to Run 

Share:

Facebook
Twitter
Pinterest
Telegram
WhatsApp
On Key

Related Posts