UN REVE OU UN BEAU CAUCHEMAR

Donc, j’ai peur. Je ne suis pas inquiète de la distance ou du dénivelé. Ok, JE SUIS un peu inquiète par les descentes. Mais je suis vraiment effrayé du manque de sommeil.

Ceux qui me connaissent sont probablement aussi inquiets pour moi. Je ne suis pas de ceux qui aime dormir. Je ne fais pas de grâces matinées, par exemple. En fait, si je ne suis pas levée avant 5h30, 6h00 du matin, J’ai l’impression d’avoir perdu ma journée. Mais par contre, passé 9h00 je suis comme un zombie. Ceux qui ont le malheur de m’inviter à une soirée ou un diner peuvent confirmer cela. Je suis la plus mauvaise invitée du monde, des que je dois lutter pour rester éveillée à table ou tenir une conversation à une soirée. A la fin, il y a toujours quelqu’un qui me dit, “Wow, tu as l’air fatiguée. Peut être que tu devrais rentrer.” Et je suis généralement la première à partir, gênant pour mon mari, Eric.

C’est juste comme ça et cela a toujours été comme ca pour moi.

J’ai une très bonne hygiène de sommeil: au lit tous les soirs à la même heure and éveillée tout les jour à la même heure. Et alors, ou est le problème ?

Le problème est,  les 5 jours ou nous devront rester éveillés pendant le Tor, avec un estimé de 10 h maximum de sommeil. Comment vais-je pouvoir faire ca ? Ou comment vais-je arrivé à faire ca sans tomber dans le précipice ou trébucher sur les rochers et me casser toutes mes dents. C’est mon cauchemar !

Pour calmer ma peur, je lis des articles sur comment gérer la privation de sommeil dans les épreuves d’endurance, comme ici :

http://www.angelfire.com/electronic/ultramentor/articles/2000sleep.html et je me sens un peu mieux. Juste essayer de dormir à la même heure chaque jour et prendre 10 minutes de micro sommeil quand le besoin se fait sentir, la tête sur le sac et les pieds relevés. Je peux faire ca. En fait, les recherches montrent que les muscles fatiguent moins après 300 km qu’après 150 km. Hourra !!

http://news.nationalgeographic.com/news/2013/06/130626-long-distance-running-endurance-fatigue-pacing-sleep-deprivation/

Mais, quand je regarde la réalité, ici, https://www.youtube.com/watch?v=j9GvFOrMuaU La video de Nickademus Hollon sur les histoires d’hallucinations du Tor des Géants en 2014. Voir aussi

https://www.youtube.com/watch?v=7f8gaf7z6JM&list=PLi48ULubN9sVnf61NFQgjZzihkxgFK-nR

Oh.My.God.

Maintenant, j’ai déjà halluciné avant, pendant la Diagonale des Fous. Pas la première fois ou j’ai fait 39h00 avec 30 minutes de sommeil; mais la dernière fois que je l’ai fait en presque 60h avec 3 3 heures de sommeil, (Je me sentais nettement moins bien !). J’ai eu des visions comme la neige sur l’écran de télévision. Je ne savais pas ou j’étais ou comment j’étais arrivé la ; Dans la nuit, j’ai vu des animaux et des enfants, ou il n’y avait que les rochers et des plantes. Mais je n’ai jamais eu ca sur des montagnes dépassant 3,000 mètres (env. 10,000 pieds), sur des sentiers avec des précipices de plusieurs 100e de mètres.

Est-ce que 10 minutes de micro sommeil et un gel avec caféine pourra me préserver de m’endormir dans un moment et dans un lieu ou il ne faut définitivement pas s’endormir? Est-ce qu’il vont me permettre d’avancer sur le chemin, quand les rochers semble bouger comme des vagues sous mes pieds et quand les racines sont des serpents remontant sur mes jambes ?

Je ne sais vraiment pas. Et je suppose que je n’en saurai rien jusqu’à ce moment. Comme dit Hamlet, “…Dormir, peut-être rêver – Oui, la est l’embarras…”

Image de http://www.ferrino.it/en/sleep-recovery-and-safety-at-tor-des-geants/

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *